Actualités · Sénégal · Hommage à Fodé Wade

Le 04 Janvier 2012

Sénégal

Hommage à Fodé Wade

L’an 2011 s’en est allé, laissant derrière lui son lot de bonheur, mais aussi de chagrin comme ceux qui l’ont précédé. L’institut Diambars en 2011 a pleinement vécu ces deux facettes qui caractérisent la vie des Hommes. Le bonheur et le chagrin.

L’année 2011 a vu Diambars accéder à la ligue 1 de football après avoir remporté haut la main le titre de champion de la ligue 2, saison 2010-2011.

Mais 2011, pour Diambars, c’était plus de chagrin que de bonheur. Dans la nuit du 27 au 28 juin, notre frère, notre ami Fodé Wade tirait sa révérence. Le temps s’est écoulé et notre chagrin est resté intact. Nous acceptons la volonté divine et nous nous inclinons devant ta mémoire et t’adressons ces quelques lignes pour te dire à quel point tu nous manques. Mais nous te donnons l’assurance que tu seras toujours dans nos cœurs en attendant de nous retrouver pour l’éternité.

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Avec le recul, on a l’impression que tu as vécu plus de 50 ans, tellement tes responsabilités au sein de Diambars étaient énormes et tu as su les assumer pleinement. Dire que tu as accompli autant de missions, rien qu’en 40 petites années. 4o ans dans la vie d’un homme, c’est vraiment court. Mais en 40 ans, on peut réaliser une œuvre colossale comme tu as su le faire. Ta vie n’était pas dépourvue de sens. Ta mort, comme un tsunami a laissé des traces toujours palpables. De la direction au personnel en passant par les pensionnaires, tout le monde a du mal à admettre la triste réalité. Celui qu’on appelait Fodé, Fo pour les uns, tonton Fodé pour les autres n’est plus de ce monde. Tu ne peux pas imaginer un seul instant le vide que tu as laissé derrière toi. Une grosse perte pour Diambars. Il n’existe certes pas d’homme indispensable dit-on, mais il y’a certains dont la succession peut s’avérer très difficile et tu fais parti de ceux-là. Des qualificatifs pour parler de toi, il y’en aura jamais assez. Tu sais Fodé, aujourd’hui à Diambars pour établir des documents administratifs pour les pensionnaires par exemple des passeports, ou demander des visas au consulat de France, il faut les efforts combinés de tout un groupe, là où à toi seul, réussissais à le faire pour une centaine de personnes. Professionnel dans l’âme, travailleur infatigable, derrière toi tu laisses un grand vide Fodé. Notre chagrin est à son paroxysme Fodé, car ta disparition est si brutale. Et toi, en grand homme, tu es parti sur la pointe des pieds sans faire de bruit. Comme disait l’autre, Diambars a perdu son Diambar.

CHAPEAU MAN